1. Accueil
  2. Actualités
  3. Agenda
  4. Artistes
  5. Satirino records
  6. Contact
  7. English
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Agenda
  4. Artistes
  5. Satirino records
  6. Contact
  7. English

Artistes · Solistes · Eric Hoeprich · clarinette historique & cor de basset

Depuis plus de 30 ans, Eric Hoeprich est spécialisé dans l'interprétation de la clarinette ancienne. Son expérience de musicien, chercheur et facteur d'instruments constitue une approche unique du répertoire de la clarinette du XVIIIe et XIXe siècle.

Son poste de première clarinette de l'Orchestre du XVIIIème Siècle de Frans Brüggen lui offre de nombreuses occasions de se produire et d'enregistrer en tant que soliste. Soliste toujours, il se produit avec un grand nombre d'orchestres sur instruments d'époque en Europe, aux Etats-Unis et en Australie comme avec The Academy of Ancient Music (Hogwood), l'Orchestre des Champs-Élysées (Herreweghe), London Classical Players (Norrington) Musica Antiqua Köln (Goebel), Philharmonia Baroque Orchestra (McGegan), Tafelmusik au Canada, Anima Eterna (van Immerseel), et l'Australian Brandenburg Orchestra. Ses derniers concerts l'ont amené à collaborer avec entre autres, l'Australian Chamber Orchestra, l'Orchestre Symphonique de Stavanger, le St Paul Chamber Orchestra, l'Orchestre de Chambre de la Radio Néerlandaise, et Prima la Musica (Belgique).

Son activité de chambriste le fait se produire à travers le monde, à la fois avec ses ensembles à vent Nachtmusique et Stadler Trio et en tant qu'artiste invité avec de nombreux quatuors à cordes et pianistes. Il enregistre chez Philips, Deutsche Grammaphon, EMI, harmonia mundi, Sony, Glossa, Erato, Decca, Accent & Teldec.

Eric Hoeprich est professeur au Conservatoire National Supérieur de Paris, au Conservatoire Royal de Musique de la Haye et est fréquemment invité à participer à des masterclasses et stages dans le monde entier. Il publie également des articles dans des revues, et en tant que chercheur le Yale University Press lui confie l'écriture d'un livre de référence sur la clarinette s'intégrant dans une nouvelle série sur les instruments de l'orchestre à paraître en 2002. De plus, il publie des articles dans Early Music (Oxford University Press), le Galpin Society Journal, the Clarinet, Tibia and Scherzo, et donne des entretiens pour des magazines, journaux et des programmes de télévisions et de radios.

Son intérêt pour les instruments anciens a conduit Eric Hoeprich à collectionner des clarinettes du XVIIIème et XIXème siècle. Particulièrement intéressante au sein de cette collection, une clarinette du même facteur que l'instrument utilisé par Heinrich Bärmann pour qui Carl Maria von Weber a écrit toutes ses ouvres majeures. Il possède également ce qui, selon toute vraisemblance, semble être la plus ancienne clarinette française qui nous soit parvenue, fabriquée par Prudent à Paris au tout début du XVIIIe siècle. Eric Hoeprich possède en plus des clarinettes de Georg Ottensteiner, instruments qui ont été joués par Richard Mühlfeld pour qui Brahms a écrit ses ouvres de chambre pour clarinette, ainsi qu'une copie de la clarinette basset d'Anton Stadler fabriquée par Eric Hoeprich d'après une gravure d'un programme du concerto pour Clarinette de Mozart que Stadler interpréta à Riga en 1794.

Répertoire

Mozart - Concerto, K622, pour Clarinette basset (30') Allegro, Adagio, Rondo - Allegro

C'est en octobre 1791 que Mozart achève son dernier concerto composé et l'inscrit dans la liste de ses propres compositions en La majeur et non en Sol majeur comme dans la version plus ancienne et comme étant composé pour Anton Stadler. Il semble que Stadler se soit emparé de la partition juste avant de s'embarquer dans une gigantesque tournée donnant ce concerto à Prague, Berlin, Riga, Hambourg, et Hanovre entre autres, avant de reprendre son poste à Vienne.

Un programme de concert, où figure ce concerto donné par Staler, a été miraculeusement conservé à Riga. On s'aperçoit qu'il a attiré l'attention sur le fait que ce concerto était interprété sur une clarinette basset avec ses notes graves supplémentaires. S'y trouve également le seul dessein représentant l'instrument qu'Eric Hoeprich utilise pour jouer cette ouvre. L'interprétation de ce concerto sur cette clarinette basset en buis et ivoire avec moins de clefs possèdant des notes graves suplémentaires est une véritable révélation.

Les 15 années d'expérience d'Eric Hoeprich en tant qu'interprète de la clarinette du XVIIIéme siècle au sein d'ensembles comme l'Orchestre du XVIIIéme siècle dirigé par Frans Brüggen ainsi que ses ensembles à vent Nachtmusique et Stadler trio font de lui l'interprète idéal de ce répertoire.

Weber - Concertos op. 73 & 74 (25' chacun)

L'année 1811 fut particulièrement importante pour la clarinette. Cette année là, Weber compose les concertos et le concertino pour le clarinettiste allemand Heinrich Baermann. Ces ouvres remportèrent un succès immédiat et continuent de tenir aujourd'hui une place importante dans le répertoire de la clarinette.

Baermann jouait sur une clarinette en buis à 10 clefs des facteurs berlinois Griesslong & Schlott. Eric Hoeprich possède dans sa propre collection le même instrument du même facteur et il n'est pas impossible que cette clarinette ait pu appartenir à Baermann. Entendre Weber sur cet instrument est une expérience unique. Les couleurs et nuances d'une clarinette d'époque, plus subtiles et dramatiques dans ce répertoire que pourrait l'être un instrument moderne, alliées à l'expèrience et la compréhension stylistique d'Eric Hoeprich promettent une interprétation essentielle de ces concertos et concertino de Weber.

Crusell - Concerto pour clarinette op.1, n° 1 (25')

Toujours en 1811, le clarinettiste et compositeur Finois Bernhard Crusell compose son 1er concerto pour clarinette. Crusell passe la plus grande partie de sa vie en Suède, et bien qu'il ait eu l'occasion de voyager, sa musique reflète néanmoins son relatif isolement par rapport au courant Européen. Ce concerto est une oeuvre superbe, possédant une excellente partie pour l'orchestre. Eric Hoeprich s'est rendu en Suède afin de consulter les éditions originales de ce concerto - le manuscrit ayant disparu - et également pour jouer sur la clarinette de Crusell qui est conservée au Musée de la Musique de Stockholm dont il a fabriqué depuis une copie qu'il utilise pour interprèter ce concerto.

Rossini - Introduction, thème et variations pour clarinette en Si bémol

L'on connait peu de chose à propos de l'histoire de cette ouvre pour clarinette solo et orchestre. Il existe une copie manuscrite conservée à Bergamo, mais sans source autographe, ni de trace à propos de la première représentation.

Il s'agit d'une pièce magnifique qui implique pratiquement que l'instrumentiste se métamorphose en chanteur d'opéra. Parée de tous les élèments de la musique de Rossini : pathos, humour, extraordinaire virtuosité, cette ouvre connaît aujourd'hui une immense popularité. Eric Hoeprich propose de vous la faire écouter telle que Rossini l'a entendue sur une clarinette ancienne en buis et ivoire avec toutes les nuances et subtilités nouvelles qu'elles apportent à cette musique.

Eric Hoeprich Photo J. Armour Square
Photo J. Armour

Itunes