image

Richard Campbell 1956 - 2011


Fretwork, consort de violesRichard Campbell †, Asako Morikawa, Liam Byrne, Reiko Ichise, Richard Tunnicliffe, Richard Boothby
       
Depuis ses débuts à Londres en 1986, Fretwork donne des concerts et participe à des programmes radiophoniques de part le monde, réalise un grand nombre enregistrements exceptionnels, fait figure de référence dans l'interprétation du grand répertoire anglais pour consort de violes, et inspire un nouveau répertoire de musique contemporaine. En plus de ses fréquentes apparitions en Europe de l'Ouest, l'ensemble se produit en Russie, Lituanie, Japon, Australie, Nouvelle Zélande, Etats-Unis et Canada. Bien que le public de Fretwork soit familiarisé avec leurs enregistrements pour Virgin Classics d'ouvres des compositeurs majeurs anglais, leur répertoire comprend non seulement de la musique du 16e et 17e siècles flamande, française, allemande, italienne et espagnole, mais aussi de la musique contemporaine. En 2000 Fretwork signe un contrat d'exclusivité avec harmonia mundi usa.

À la suite d'une collaboration inspirée avec George Benjamin, Fretwork commande des ouvres de Michael Nyman, Simon Bainbridge et Thea Musgrave. En 1995, Fretwork collabore avec le South Bank Centre à Londres qui commande à une douzaine de compositeurs une équivalence moderne des neufs Fantasias in four parts de Purcell, de Fantasia upon One Note et des In Nomines à six et sept voix. Ce projet suscite une production riche et variée, allant du blues mélancolique d'Elvis Costello, Put away Fordidden Playthings, en passant par le sauvage et expérimental Buzz de Barry Guy, à la performance de Ben Mason avec Room Purcell. La plus fabuleuse des musiques est composée par Tan Dun avec son hypnotique A Sinking Love, le sublime In Nomine à six voix de Gavin Bryars, et Second Set of Changes de Poul Ruders. Fretwork est en mesure à présent d'offrir des programmes de musique contemporaine à cinq & six violes avec voix, d'ouvrages composés spécialement à son attention. Il enregistre les ouvres de Costello, Bryars, Ruders, Bainbridge, Sculthorpe, Dun & Guy, avec le Hexachord Fantasy à cinq voix de Alfonso Ferrabosco II, Ut Heremitas Solus de Johannes Ockeghem, Sit Fast de Christopher Tye et O Decus Ecclesiae d'Heinrich Isaac sur leur album Sit Fast, en septembre 1997.

Ses programmes se composent de 4, 5 ou 6 violes, avec parfois voix, luth, et orgue. Son répertoire s'étend des In Nomines et Fantasias de Christopher Tye, Thomas Tallis, Robert Parsons et Wiliam Byrd, en passant par la musique de danse d'Anthony Holborne et John Dowland incluant les célèbres Lachrimae, à l'ample sonorité des consorts à 6 voix avec orgue d'Orlando Gibbons et William Lawes, jusqu'aux compositions plus tar­dives du genre de Matthew Locke et Henry Purcell. En étroite collaboration avec le contre-ténor Michael Chance, Fretwork explore le répertoire des Consort Songs et avec un théorbe, des programmes contrastés avec les Fantaisies de Henry Purcell et ses Solo Songs. Fretwork se produit également avec James Bowman, Catherine Bott, Emma Kirby, Susan Bickley, Paul Agnew, John Potter, Richard Wistreich et Clare Wilkinson.

Fretwork travaille sans cesse à élargir leur répertoire autant vers le début de la Renaissance que vers la fin du Baroque. À la fin de cette année, il donne de nombreuses fois en concert l'Art de la Fugue de Bach et pass commande pour la fabrication d'un consort de violes Renaissance afin d'explorer les premières ouvres écrites pour ces instruments.

Le concept le plus fructueux des dernières années de l'ensemble réside dans ses programmes mélangeant musique ancienne et musique contemporaine et l'on peut dire à présent que la plupart des concerts de Fretwork comprennent de la musique contemporaine.

En automne 2000, Fretwork débute une collaboration créative avec l'innovante compagnie de danse française Castafiore. Dans un travail commun avec le directeur artistique Karl Biscuit, Fretwork contribue à la création du spectacle musical, mimé & théâtral Récits des tribus Omega interprété avec succès à Mulhouse, Châteauvallon, Annecy, Paris, Niort, Grenoble, Lyon, et Noisy le Grand. Au cours de la saison 2001-2002 , il est repris à Cannes, Caen, Martigues, Metz, Maubeuge, Orléans, St Etienne, Sète et Clermont Ferrand. Plus récemment, Fretwork s'est produit en tournée en Irlande et Irlande du Nord, aux Etats-Unis, au Japon et au Canada.

En France Fretwork s'est produit en concert aux Festivals de Ribeauvillé, St Michel en Thiérache, Eclats de Voix à Auch, Abbaye de Lessay, Lanvellec, au Festival des Cathédrales en Picardie, au Printemps des Arts de Monaco, Maguelone, Périgord Noir, Saintes, Classique au Vert au Parc Floral de Paris, ainsi qu'au Théâtre des Abbesses et à la Cité de la musique à Paris. Dernièrement, l'ensemble se produit à la Salle Poirel de Nancy, Strasbourg, Verdun, au Théâtre St Louis de Pau, dans la saison de Radio France au 104 à Paris et au Midsummer Festival du Château d'Hardelot. En automne 2011 il joue au Festival d'Île de France et à Musiques d'Automne, Pays de St Bonet le Château.

Juin 2011

haut de page


Revues de presseUn certain nombre de compositeurs ont été inspirés par la renaissance de la musique ancienne et parmi eux George Benjamin dont l'intérêt aété éveillé par le consort de violes Fretwork. Ce n'est pas étonnant, car leur jeu est une révélation... Grâce aux techniques modernes - pizzicato, harmoniques et vibrato - Benjamin crée un monde sonore fascinant dans une oeuvre aussi tendue dans sa facture, fantaisiste et riche en invention que les pièces élisabéthaines pour le consort. THE INDEPENDENT

... il est peu de récitals où Bull, Byrd, Gibbons et consorts... résonnent comme d'authentiques individualités musicales. L'ensemble Fretwork ne joue d'autre part jamais la carte de l'extériorité pour y parvenir et séduit par la finesse de son jeu, attentif à maintenir la lisibilité polyphonique aussi bien que la musicalité inhérente à chaque partie. On reste en particulier longtemps sous le charme des imperceptibles changements d'atmosphère qu'impliquent les pièces abstraites (magnifique In Nomine de Ferrabosco), sans doute les meilleurs atouts de ce récital haut de gamme. DIAPASON

Les nuances subtiles des sonorités exposées avec tant d'habilité dans le reste du programme, ont été exploitées par Nyman dans une oeuvre pleine d'invention et d'une envergure expressive... Des échos récurseurs au minimalisme sont mis en évidence dans au moins deux des pièces pour consort de violes, celles de Pieforth et Robert Parsons, dans lesquelles, vague après vague, les sonorités ondulent à partir d'une source centrale d'inspiration sequentielle, effet rendu par Fretwork d'une manière exquise. The Times

Un programme fascinant et merveilleusement interprété... Fretwork aborde cette musique avec une virtuosité décontractée. Dans les pièces à variations, les lignes principales se déplacent sans inégalité ni difficulté d'un instrument à un autre, et dans la musique homophonique les musiciens ont atteint un son parfaitement juste et équilibré, au caractère délicieusement pimenté. The New York Times

Le jeu d'ensemble de Fretwork est superbe, leur sonorité équilibrée, libérée de ce détachement émotionnel, autrefois considéré de bon aloi tout autant que des excès d'émotionnels de la musique baroque. Michael Chance mêle étrangement bien sa voix au son des violes et l'on espère qu'ils renouvelleront leur collaboration. Gramophone

Au cours de ce concert, on pouvait apprécier, minutieusement respectés, chaque tension, chaque détente, chaque détail de phrasé, parfaitement interprétés, alors que cet ensemble de grande classe nous prodiguait son art à travers les Fantaisies et In Nomine de Purcell et dans les quatre Consort Setts de Lawes, terminant par celle, véritable merveille, en ut mineur pour six violes... les majestueuses couches successives des lignes polyphoniques de cette dernière oeuvre, plaçaient Lawes et Fretwork au plus haut de leur talent. The Times

haut de page


Programmes 2013 - 2014Fretwork propose plusieurs programmes Dowland pendant la saison 2013-2014, notamment celui avec le ténor anglais Ian Bostridge, à la suite de leur concert aux 'Proms' de Londres avec Bostridge le 2 septembre 2013. Dates encore disponibles en janvier 2014.

Le consort donne plusieurs concerts de leur programme purement instrumental de Dowland avec la luthiste Liz Kenny en automne 2013, et propose également une version avec le contreténor français Dominique Visse, avec qui l'ensemble a enregistré 'Tunes of Sad Despaire' sur notre label Satirino Records.

Parmi les autres projets de la saison, un programme de Noël avec des oeuvres de Byrd & Gibbons avec l'ensemble britannique Ex Cathedra en décembre 2013, un programme Britten & Purcell à Madrid en mars 2014, ainsi qu'un programme avec le contreténor Iestyn Davies dans le Spitalfields festival en juin 2014 avec le 'Self Laudatory Hymn' de Michael Nyman et 'My Days' de Nico Muhly.


Variations Goldbergs
L'enregistrement des Variations Goldberg par Fretwork (5 violes) sort chez Harmonia Mundi en septembre 2011. Fretwork les joue à Gdansk en décembre 2013 et les propose pendant toute la saison 2013-2014.


Dowland 2013
4 programmes pour célébrer le 450e anniversaire de sa naissance en 1563 avec ses Songs, Galiards, Pavans & Lachrimæ
1 - avec le ténor Ian Bostridge et Elizabeth Kenny, luth
2 - avec la mezzo-soprano Clare Wilkinson et Elizabeth Kenny, luth
3 - avec le contreténor Dominique Visse et Eric Bellocq, luth
4 - un programme instrumental avec Elizabeth Kenny, luth


'Musick's Monument'
'In Memoriam Richard Campbell'

Avant de nous quitter tragiquement, Richard Campbell, membre fondateur de Fretwork, travaillait sur un programme inspiré du traité de Thomas Mace, 'Musick's Monument : or a remenbrance of the best practical Musick, both divine and civil, that has ever been know to have been in the world', publié en 1676. Mace porte un regard sur le passé musical, en particulier sur la fin du 16e et la première moitié du 17e siècle, citant de nombreux compositeurs qu'il tient en estime, un véritable hommage à l'Âge d'Or de la musique anglaise.

Un programme de Pavans, In Nomine, Galliards, Aires, Fantasies & Consorts de Lawes, Ferrabosco, Jenkins, Ward, Lupo, White, Deering, Simpson, Coprario & Monteverdi.

haut de page


Programmes 2014 - 2015

'An English Songbook'
avec Clare Wilkinson, mezzo-soprano

John Dowland 1563-1626
Flow my tears / Lachrimæ Antiquæ
The King of Denmarks Galiard
Can she excuse my wrongs
My thoughts are winged with hope
M John Langtons Pavan
In darkness let me dwell

Ivor Gurney 1890-1937
Sleep

Peter Warlock 1894-1930
Sleep

Henry Purcell 1659-1695
Music for a while
The Evening Hymn
O Solitude
Fantazias

William Lawes 1602-1645
Consort set in C minor

Orlando Gibbons 1583-1625
In Nomine3.00

Vaughan Williams 1872-1958
Silent Noon
The Sky Above the Roof


'An English Fantazy'
5 violes

John Jenkins - Fantazy in 5 parts No. 16 in D major
Henry Purcell - Fantazia 6 in F major 14th June 1680
Henry Purcell - Fantazia 7 in C minor 19th June 1680
Matthew Locke - Consort of Fower Parts No. 2 in D, Fantazy, Courante, Ayre, Sarabande
Orlando Gibbons - In Nomine in 5 parts
William Lawes - Consort set in A minor, Fantazy, Fantazy, Aire
--
William Lawes - Consort set in C minor, Fantazy, Aire, Paven, Aire
John Jenkins - Fantazy in 5 parts No. 8 in c minor
Matthew Locke - Consort of Fower Parts No. 3 in F major, Fantazy, Courante, Ayre, Sarabande
Henry Purcell - Fantazia 8 in D minor 22nd June 1680
Henry Purcell - 'Upon one note' for five viols


'My Days' - Nico Mulhy
Créé à Londres avec les BBC Singers, nous proposons ce programme avec un choeur de chambre français à déterminer

Thea Musgrave - Wild Winter (STTB, 5 violes)
William Byrd - Christ Rising (4 viols, 6 voix)
William Byrd - Fantasia in 6 parts
Christopher Tye - Christ Rising from the Dead (6 voix)
Christopher Tye - Crye - In Nomine 5 violes
Christopher Tye - Trust - In Nomine 5 violes
Orlando Gibbons - Behold, thou hast made my days (SATB 5 violes)
Orlando Gibbons - Fantasia in 6 parts
Orlando Gibbons - Go from my window
Nico Muhly - My Days (ATTB, 5 violes)


L’Encerclement du Monde - Orlando Gough, né 1953
Le Tour du Monde de Sir Francis Drake 1577- 80
5 violes

Lorsque Drake lève l’ancre à Plymouth le 15 novembre 1577, il embarque avec lui quatre violistes : Simon Wood, Thomas Meckes, Richard Clarke & "George", qui n’avaient sans nul doute aucune idée du voyage épique qui les attendait. La musique faisait partie de l’expédition pour soutenir la piété de Drake – Il priait en effet plus d’une heure par jour et chantait des hymnes accompagnés par les violes ; Le Consort le divertissait également pendant les repas ; du reste, Francis Drake n’hésita pas à utiliser la nature pacifique de la musique pour apaiser les autochtones en Amérique du Nord tout comme sur l’Île de Java, là où le Roi lui retourna le compliment en musique.

One day amongst the rest, viz. March 21. Raia Donan coming aboard us, in requital of our musick which was made to him, presented our generall with his country musick, which though it were of a very strange kind, yet the sound was pleasant and delightful:

Un jour parmi tant d’autre. 21 mars. Ria Donan vint à bord, et en retour de notre musique que nous avions jouée pour lui, fit jouer la musique de son pays devant toute l’assemblée. Celle-ci nous sembla d’une étrange nature encore que le son fut fort agréable et gai.

Fretwork a passé commande au compositeur britannique Orlando Gough pour créer un voyage sonore qui cartographierait l’exploit de Drake. La musique du 16ème siècle datant d’avant le départ de Drake est tissée de manière homogène avec la musique contemporaine dans une œuvre de 70 minutes. Drake s’est arrêté au Maroc, au Cap Vert, au Brésil, en Argentine, en Patagonie, est passé par le Détroit de Magellan (où l’expédition perdit un navire, un autre rebroussa chemin et où Le Pelican fut renommé The Golde Hinde) ; puis c’est la remontée des côtes du Chili, du Mexique, de Californie, la traversée du Pacifique en passant par les Moluques et Java, le passage du Cap de Bonne Espérance, la Sierra Leone et enfin le retour à Plymouth le 15 septembre 1580.

Quelques sévères et austères hymnes populaires de l’époque publiés en 1562 & 1563 par Sternhold & Hopkins seront juxtaposés aux étranges et exotiques musiques de ces lointaines contrées.

haut de page